le cours des choses

Notes à la marge

Travail/ non travail : angoisses américaines (II)

Publié le 23 Octobre 2016

L'acmé de l'attention portée à ce réfractaire qu'est le « travailleur découragé » a peut-être été atteint le mois dernier avec la sortie, qui a fait grand bruit dans la presse, du livre Men without Work sous-titré America's invisible crisis de Nicolas Eberstadt. Ce livre qui est une mine de données sur le sujet, l'aborde par contre parfois sous un angle proprement apocalyptique. On y lit ainsi «  Contrairement aux soldats morts de l'antiquité romaine, nos hommes décimés vivent et vont et viennent encore parmi nous, menant une existence sans objet économique. Nous pourrions dire que ces plusieurs millions d'hommes sans travail constituent une sorte d'armée invisible, des soldats fantômes perdus dans une dépression des temps modernes. » Pour l'auteur c'est à une véritable fuite du travail que l'on assiste aux Etats-Unis depuis 1965 : « Dans les 50 ans qui courent entre 1965 et 2015, le taux d'activité des mâles américains n'a cessé de baisser et une migration sinistre a commencé : la fuite devant le travail, dans laquelle un nombre toujours plus important d'hommes en âge de travailler sont sortis de la force de travail. » De fait, si on s'en tient aux chiffres, le phénomène a de quoi horrifier un apologue des vertus du labeur : « Pendant les 50 dernières années le nombre d'hommes qui ne travaillent pas ni cherchent du travail a connu une croissance trois fois rapide que le nombre de ceux qui travaillent ou cherchent (..) Du fait de cet exode constant et de son rythme toujours plus accéléré , les inactifs en sont venus à éclipser les chômeurs comme la principale catégorie de personnes sans travail en Amérique."

Commenter cet article